psychotherapie gestalt therapie paris 20

Bonjour, soyez bienvenu-e sur mon site.

Je suis Gestalt-thérapeute

Titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie (CEP)

Membre agréé par la Fédération Française de Psychanalyse et Psychothérapie

Consulter ici

Je propose des séances de 

GESTALT-THERAPIE pour adultes, enfants et ados

J'accompagne des personnes qui rencontrent des difficultés relationnelles, des personnes qui traversent une épreuve de vie et des personnes en souffrance psychique.

Je propose aussi des séances de psychothérapie-gestalt thérapie pour enfants et ados. Cliquer ici pour la page enfants ados

Je vous accueille dans mon cabinet situé à la sortie du métro Gambetta, Paris 20èmeAccessible en métro (ligne 3 ) ou en bus (lignes 26, 61, 64, 68, 69, 86). Le cabinet est facilement accessible en transports en commun depuis Paris-Centre tout comme la banlieue proche (Bagnolet, Les Lilas, Montreuil, Pantin) cliquer ici pour localiser le cabinet

COMMENCER UNE PSYCHOTHERAPIE ? 

A quoi sert une psychothérapie ? Une psychothérapie permet de trouver un soutien relationnel dans un moment de vie difficile. Il peut s'agir d'une souffrance qui s'exprime à l'occasion d'un événement tel qu’un deuil, une séparation, ou bien une difficulté professionnelle. Ces souffrances, nous avons tous une manière particulière et très personnelle de les exprimer. Les symptômes seront physiques ou psychiques, parfois les deux. Il pourra s’agir de somatisations, d’angoisses, de craintes qui peut-être n’étaient pas présentes ou pas aussi envahissantes il y a peu de temps. Il peut aussi s'agir d'un moment de vie où les repères habituels sont bousculéssans qu’apparemment il n’y ait rien de marquant, ce qui est parfois déroutant. Une psychothérapie permet d'explorer sereinement le sens que nous voulons donner à notre vie.

Si vous souhaitez entreprendre une psychothérapie, c’est peut-être que vous souhaitez aussi créer l'occasion de mieux vous connaître , d'en savoir un peu plus sur la manière dont vous vous êtes construit. Ce sera alors l’occasion de vous mettre en contact avec la sincérité et l’authenticité de l’être que vous êtes.

 

Vers une plus grande conscience de soi.

psychotherapeute-paris

LA GESTALT-THERAPIE

Qu'est-ce que la Gestalt thérapie? 

La Gestalt thérapie s'inscrit dans le courant de la psychologie humaniste et relationnelle, et vise à développer l’autonomie, la responsabilité et la créativité de l’individu.

 

Une approche globale de l’individu.

 

La Gestalt-théorie a été fondée par Fritz et Laura Perls, Paul Goodman et Ralph Hefferline dans les années 1950 aux Etats-Unis. Riche d’un héritage analytique en raison de la filiation directe de F.Perls à Freud, elle s’est nourrie au fil des ans par les thérapies corporelles, mais aussi avec le courant de la phénoménologie et de l’existentialisme.

 

La Gestalt-thérapie est une approche holistique, globale de l’être humain ; celui-ci ne saurait être réduit à sa dimension cognitive, corporelle ou affective. C’est en considérant la personne dans toutes ses dimensions qu’un travail thérapeutique peut être véritablement mené en profondeur et transformateur.

Une approche relationnelle

Si la Gestalt s’intéresse à l’environnement de l’individu, c’est pour regarder comment nous nous sommes construits dans nos liens, dans notre histoire toute singulière.

Explorer nos modalités relationnelles, c’est regarder comment nous sommes en relation ici et maintenant ; avec nos pensées, nos sensations, notre corps et  nos émotions.  Sans les rechercher particulièrement, je les accueillerai sans jugement ; nous les mettrons en regard du sens qu’elles peuvent avoir pour vous aujourd'hui.

La responsabilité

Peut-être plus que d'autres approches, la gestalt thérapie permet de regarder comment nous construisons notre vie, de prendre conscience de la responsabilité que nous avons dans ce qui nous arrive,  et d'identifier ce que nous voulons mettre en place pour changer.

En mouvement

Entreprendre une gestalt-thérapie, c'est prendre conscience du mouvement de vie dans lequel nous sommes, en lien avec notre environnement ; c'est ouvrir sur les possibilités de remettre du mouvement sur ce qui semble figé.

Quelques notions clefs de la Gestalt-thérapie :

Le "maintenant" et le "comment" : la Gestalt s'attache au comment plus qu'au pourquoi, et privilégie la description des phénomènes à leur interprétation. La description de ce qui se passe au niveau corporel, émotionnel, dans la pensée permet de prendre conscience de la manière que nous avons de faire avec notre environnement.

Le processus : le Gestalt thérapeute va porter son attention sur le déroulement du présent. Pour Perls, les questions fondamentales qui permettent d'explorer le présent sont : que faisons-nous? Que ressentons-nous? Qu'évitons-nous? Qu'attendons-nous?

La frontière-contact : la Gestalt va regarder ce qui se passe entre un individu et son environnement, en partant du postulat que le premier est toujours au contact du second. La Gestalt est l'étude et vise à augmenter et optimiser la qualité de contact d'une personne avec son entourage et relations.

Les mécanismes de régulation du contact

 

Dans une perspective phénoménologique, le gestalt thérapeute va inviter le patient à observer les différents mécanismes de régulation du contact entre un individu et son environnement.

 

Voici un résumé succinct de ces principales régulations :

 

La confluence : c’est l’état de symbiose d’un nourrisson avec son environnement. Il n’y a pas de différenciation, pas de limite entre l’extérieur et l’intérieur.  L’individu aura tendance par ce mécanisme, à se fondre dans le milieu ambiant. Un travail en gestalt thérapie pourra être mené sur la question de la différenciation.

 

L’introjection : ce processus se manifeste fréquemment par des « il faut, il ne faut pas » des règles, des injonctions qui auront été prises telles quelles et qui n’auront pas été assimilées. Si l’introjection est nécessaire tout au long de croissance de l’individu, elle peut participer à un moment donné à la non-différenciation d’un individu de son environnement. L’introjection a pour effet de nous présenter comme vrai ce qui est dit ; nous sommes éloignés d’une vision singulière, subjective, et originale propre à chaque individu. Les introjets peuvent venir d’un héritage familial « dans cette famille on fait comme ça » culturel, social. La encore, ils sont nécessaires à l’intégration de l’individu à son environnement mais s’ils ne sont pas « digérés » ils peuvent constituer un frein à la croissance. Un travail en gestalt thérapie pourra être mené l’identification de ces introjets et sur leur appropriation ou leur aliénation (le fait de ne pas se reconnaître dans ces introjets).

 

 

La projection : ce mécanisme consiste à attribuer à l’environnement quelque chose qui nous appartient. Parce qu’il peut y avoir des éléments inassimilables pour l’individu, ceux-ci vont être projetés sur l’environnement. Sur un versant paranoïaque, la projection peut se mettre en place en raison d’une grande insécurité interne ; ce mode de régulation du contact permet de remettre du connu, du sens là où il n’y en a pas, ou pas assez. Ces projections peuvent alors faire écran à un contact de qualité entre un individu et son environnement. Plusieurs pistes de travail sont possibles ; l’une d’entre elles peut être celle de vérifier et identifier la caractère projectif pour que la personne se réapproprie ce qui est projeté. L’autre de regarder ce qu’il y a derrière cet écran, et souvent il y a une grande vulnérabilité et sensibilité qui ne demandent qu’à être vus et reconnus.

 

Sous un angle différent, la projection peut-être très utile, car il sous-tend l’acte créatif. Il peut sous tendre également l’empathie ou l’intuition.

 

La rétroflexion : ce mécanisme consiste à garder pour soi ou à se faire à soi-même ce qui serait à adresser à l’environnement. Si elle est utile dans certains cas : par exemple on ne dit pas tout ce que l’on pense, elle peut gravement nuire à la qualité de contact, créer de l’isolement, de l’immobilité. Sortir de la rétroflexion permettra de se remobiliser, recontacter sentiments et émotions clivés pour aller vers l’action. D’autres exemples de rétroflexions peuvent être les somatisations. Se rendre malade, inhiber une colère, etc… Le thérapeute sera alors l’environnement bienveillant permettant de remettre en mouvement ces éléments immobilisés. Le travail du « hot seat » ou « la chaise vide » par des mises en situations pourra être un moyen efficace de travailler cette dé-rétroflexion.

 

La déflexion

Ce mécanisme consiste  à atténuer le contact, parce qu’il ne peut pas être vécu dans toute son intensité, ou dans toutes ses composantes. Considéré comme une forme d’évitement du contact, il peut prendre différentes formes : parler de sujets anodins pour éviter de parler de ce qui est important, pratiquer l’humour pour éviter de contacter de la tristesse ou de la colère.  Dans certaines circonstances, cela peut être sain de pratiquer la déflexion : par diplomatie, pour protéger quelqu’un qui serait trop exposé dans sa vulnérabilité.

 

La proflexion : dérivé de la rétroflexion, ce mécanisme consiste à faire à autrui ce qu’on voudrait qu’il nous fasse. Exemple : prodiguer des compliments parce qu’on voudrait en avoir, une politesse démesurée pour avoir de l’attention. Il s’agit d’une demande détournée. Le travail en thérapie sera d’identifier les besoins en jeux dans la relation pour un jour trouver une modalité d’expression plus saine de la dite demande.

 

L’égotisme : ce mécanisme d’évitement du contact peut permettre de ne pas « basculer » dans quelque chose d’angoissant. L’individu, à travers ce mécanisme, maintient une frontière épaisse entre lui et son environnement. La peur de perdre son identité, la peur de lâcher prise peuvent participer à une expérience de diminuer le contact avec autrui, en renforçant le contrôle qu’une personne a ou croit avoir sur son environnement.

Si l’égotisme est parfois une étape dans le cheminement thérapeutique par le renforcement de l’égo, par la restauration de la confiance, il n’est qu’un passage pour aller ensuite vers plus de fluidité et plus de souplesse dans le contact.

Le travail du rêve en Gestalt-thérapie

 

Dans l’interprétation des rêves en 1926, Freud décrivait le rêve comme la voie royale pour

accéder à l’inconscient. Pour Jung, le rêve prendra ses lettres de noblesse avec les notions

d’inconscient collectif, d’archétypes.

 

Du côté de la Gestalt Thérapie, le rêve peut être abordé de plusieurs manières.

 

En considérant le rêve comme une projection 

 

C’est à dire en partant de l’idée que l’individu met à l’extérieur (dans le rêve) ce qui lui appartient (mécanisme projectif).

Dans cette optique, le thérapeute pourra proposer à son patient d’incarner tout à tour les différents aspects du rêve. En effet, si l’on part de ce principe de la projection, le rêve est constitué d’éléments personnels appartenant à l’individu, constitutifs de son être profond.

Il peut s’agir de personnages bien sûr, mais aussi d’animaux, de formes, de couleurs, d’objets, et plus subtilement d’ambiances particulières. Tout élément du rêve est une invitation à explorer nos différentes facettes. Certaines sont angoissantes, d’autres moins. Certaines apparaissent clairement, d’autre sont moins nettes.  En incarnant de manière la plus précise qui soit chaque élément onirique, la personne est invitée à contacter son être au monde.

 

Fritz Perls, l’un des fondateurs de la Gestalt thérapie, disait en effet que nous projetons, nous mettons à l’extérieur (dans le rêve) certains éléments car ceux-ci peuvent être inacceptables, non reconnus. Dans une perspective de croissance de l’individu, le rêve est comme quelque chose de non-conscient qui demande à être conscient, à un moment donné. Ce n’est donc par hasard que nous faisons tel rêve à tel moment.

 

Il y a donc comme un message mis sous forme de codes (les éléments du rêve) en raison d’une angoisse existentielle sous-jacente.

 

Une possibilité sera aussi de mettre en dialogue les différents éléments du rêve, afin de d’établir des liens entre ces éléments qui ne semblent, de prime abord, pas liés les uns aux autres.

Le rêve est une occasion de réunifier l’individu, afin qu’il puisse se réapproprier des parties désavouées ou méconnues. Vu sous cet angle, le rêve est détenteur d’un potentiel d’intégration, d’unification et de croissance.

 

Le travail de faire dialoguer les parties de l’individu au service de quelque chose de plus grand dont nous pourrions être en mesure de prendre conscience est aussi un travail qui peut être fait avec les enfants et leurs dessins. Violet Oaklander, gestalt thérapeute, utilise fréquemment cette technique dans ses travaux thérapeutiques.

 

 

Une autre approche du rêve en gestalt est abordée par la rétroflexion.

La rétroflexion consiste à garder pour soi ce que l’on voudrait adresser à l’environnement. Développée par Isadore From, cette approche du rêve met en exergue le fait que celui-ci pourrait aussi être un message, un non-dit adressé au thérapeute. Il chercherait par là à signifier quelque chose qui concerne la relation. Considéré comme un élément de contact, il peut ensuite être déconstruit afin de pouvoir prendre conscience de ce qui se passe dans la relation. Là encore, le thérapeute focalisera son attention, pas tant sur le contenu, mais sur le vécu sensoriel et émotionnel lié aux images et à l’ambiance du rêve. Le rêve permet alors d’observer la manière d’être au monde du patient et de conscientiser ce qu’il répète de son histoire.

 

La place du corps dans ma pratique de la Gestalt-thérapie

 

La Gestalt thérapie s’intéresse à toutes nos dimensions : réflexive, affective, spirituelle et corporelle. Pourquoi j'accorde une place privilégiée au corps dans mon travail? Une réponse est que nous avons été et sommes toujours in-formés de ce quise passe pour nous par notre corps. Il est le premier média, éminemment sensoriel, affectif sur lequel notre conscience va se poser et exister. La dimension corporelle inclut la posture, le regard,  la voix, les gestes ainsi que les émotions. Toutes les manifestations corporelles parlent de la personne, tout comme les rêves, l’imaginaire, les représentations. Le corps n’a pas une place à part dans mon travail ; il est une porte d’entrée comme une autre pour connaître quelqu’un.

 

La proxémique

 

La proxémique étudie la signification symbolique de l’espace dans les différentes cultures. La distance à la quelle nos corps se tiennent dans une relation n’est pas le fruit du hasard, à priori. Il y a une dimension sociale, culturelle, ainsi qu’une distance propre à chacun, dans une situation donnée. Une piste de travail peut-être celle de mettre de la conscience sur ces distances, et de regarder les affects ou émotions qui émergent lorsque cette distance varie, ou pas.

 

Le vécu corporel

 

Le travail d’awareness, de porter sa conscience sur l’instant présent, suppose d’aller questionner aussi notre vécu corporel en situation. Que se passe-t-il dans notre corps dans telle ou telle situation ? De quelles sensations avons nous conscience ? Peut-on toujours les localiser ou les qualifier avec précision ? Quelles dynamiques sont en jeu ?

En gestalt-thérapie, il ne s’agira pas de parler du corps, mais plutôt de donner la parole à notre corps, comme un partenaire privilégié qui a bien des choses à nous dire, qui relève souvent du pas-encore -conscient.

 

Je pourrais vous proposer par exemple de vous mettre dans la station debout et de porter votre attention sur votre vécu corporel, sur vos sensations, agréables ou désagréables : non pour les juger, mais pour les accueillir, pour leur redonner leur place comme une partie intégrante de qui vous êtes.

 

De nombreux jeux ou exercices peuvent être proposés pour illustrer corporellement ce qui se passe dans la relation. Inversement, ce qui se passe dans le contact a un impact corporel, sensori-moteur, affectif.

 

L’awareness corporelle

 

Cet état de conscience de l’instant présent, du processus de contact en cours nous permet d’en savoir d’avantage sur nous : sur nos postures : se tient on très droit ? Très vouté ? A-t-on des gestes automatiques, de petits « tics » ? Que disent-ils de nous ? La voix aussi est corporelle : la hauteur de voix, le timbre, la tension vocale.

 

Le corps est à la fois expression personnelle (je me sens tendu, fatigué..) et expression interpersonnelle (je te montre que je me sens tendu, fatigué..)

 

Les mouvements fondamentaux

 

Nous pourrons également observer les mouvements fondamentaux à l’œuvre dans telle situation.

 

Céder : c’est le mouvement de donner son poids, de se laisser porter. C'est un mouvement qui permet de se sentir contenu, d'avoir conscience de nos contours, limites corporelles entre le dedans et le dehors. Relâcher son poids c'est se sentir exister pleinement. Sentir son poids permet de s’orienter dans l’espace.

 

Pousser : c’est le mouvement du nourrisson qui pousse sur ses mains et lève la tête pour regarder ce qu’il y a plus loin dans son environnement. Il fait l’expérience de la densité, de cohésion et d’intégration. Nous ne pouvons pas pousser sans avoir quelque chose (ou quelqu'un!) contre lequel pousser. L’adolescent qui désire aller vers un ailleurs plus attirant a besoin de repousser quelque chose qu’il ne reconnaît plus ou plus assez. Il fait simultanément l’expérience de se séparer de l’autre tout en l’incluant.

 

Allers-vers : c’est la saine agressivité de l’individu qui va contacter son environnement pour aller satisfaire un besoin, une curiosité, une envie. C’est dans le fait d’aller vers que réside la quête de plaisir, de confort et de nourriture.

Les mouvements du bébé se forment en relation avec un objet, souvent le parent, qui peut lui offrir soin et assistance. Ce vers quoi on veut aller (stimulus) donne forme au geste d’aller vers (la réponse)

 

Attraper / tirer à soi  : l’individu saisit un objet de l’environnement (exemple une pomme) et la tire à soi pour la faire sienne. C’est l’enfant qui a saisi un jouet qu’il veut faire sien. Le fait de saisir peut restaurer une stabilité.Le fait de tirer à soi émerge notamment la capacité de se différencier de l’autre

 

Relâcher : une fois que l’individu à satisfait son besoin, la tension se relâche et il est prêt pour une autre expérience.

psy-paris-20

VOTRE GESTALT-THERAPEUTE ?

Qui suis-je?

 

Formé à l’Ecole Parisienne de Gestalt (EPG) j’ai été nourri tout d’abord de la vision phénoménologique et existentielle de cette approche, pour y intégrer ensuite sa dimension corporelle et analytique.

Je suis Gestalt Thérapeute certifié. J'ai suivi une formation théorique, méthodologique et pratique de plus de 800 heures en gestalt thérapie ainsi qu'une formation en psychopathologie clinique et une spécialisation enfants et adolescents. 

 

J'ai suivi une psychothérapie personnelle approfondie, et je suis en supervision permanente tout au long de ma pratique ; il s'agit là d' un espace confidentiel d'analyse didactique encadré par un professionnel agréé, spécialement formé pour accompagner les thérapeutes dans l'exercice de leur profession. 

Je suis également coordonateur psycho-social pour l'association Bol d'Air/Unafam. En lien avec le réseau santé mentale la Ville de Montreuil (93), j'accompagne et oriente les personnes en souffrance psychiques dans la cité.

Ma pratique est encadrée par le code de déontologie de l’association européenne de psychothérapie (EAP), de l’association européenne de gestalt-thérapie (EAGT) et de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse (FF2P)

UNE PSYCHOTHERAPIE POUR QUI ?

Quelles peuvent être les objectifs d'une gestalt thérapie? Elles sont multiples et variées, et dépendent du parcours de chacun. Voici cependant quelques grands axes : 

- trouver un soutien dans un moment de vie difficile : stress,  solitude, deuil, séparation...

- trouver un soutien sur des problématiques spécifiques : troubles alimentaires,

dépression, conduites dépendantes, troubles de la personnalité, crises d'angoisses ou phobies.

améliorer vos relations personnelles et professionnelles.

  et plus largement : 

- explorer votre fonctionnement et votre vie intérieure.

- développer votre conscience de l'instant et votre présence au monde. 

- restaurer votre liberté de choix et devenir acteur du changement, acteur de votre vie.

COMMENT JE TRAVAILLE ?

 

Voici quelques techniques propres à  la Gestalt-thérapie que je peux proposer dans mes accompagnements :

 

  • l’Awareness est la conscience immédiate que nous avons de ce qui se passe. En explorant l’ « ici et maintenant », le présent dans toutes ses dimensions –sensorielles, émotionnelles, avec les représentations qui les accompagnent, nous chercherons ensemble à étayer votre expérience du moment présent : pour en explorer la richesse, pour observer comment ces dimensions sont connectées, pour vous donner de nouvelles possibilités d’orientation, de choix.

 

  • le travail sur les polarités : cette idée, qui s’inspire de la philosophie orientale qui rassemble les énergies complémentaires Yin et Yang dans l’unité de la personne, permet d’identifier plus clairement nos différentes facettes. S’identifier et explorer  chaque polarité permet aussi de stimuler et d’intégrer certains aspects de soi-même. En accédant à la pluralité de ce que vous êtes, en soutenant et en faisant plus de place à certaines « parties », nous verrons comment intégrer des possibilités inexploitées et aller vers plus de mobilité et de souplesse.

 

  • mises en situations : pour explorer certaines situations, pour en éclairer le sens, je pourrai également vous proposer de petits jeux de rôles ou expérimentations. C’est en effet en donnant une forme un peu différente aux problématiques rencontrées, en en incarnant certains aspects que parfois quelque chose peut se libérer et s’apaiser en soi ; ce qui permet souvent de prendre du recul par rapport à certaines situations difficiles.

LES PREMIERES SEANCES

Je me ferai un plaisir de vous recevoir pour une première séance de prise de contact, afin que nous puissions regarder ensemble les possibilités de cheminer ensemble.

Les séances suivantes nous permettrons d'explorer votre demande, la problématique qui se propose à vous et de regarder comment vous vivez nos échanges. Nous pourrons alors engager le travail et en préciser les modalités. 

EN PRATIQUE

 

- Tarif de la séance (50min) : 70€

- Les séances ne bénéficient pas de prise en charge par la sécurité sociale. Toutefois, certaines mutuelles peuvent en prendre en charge forfaitairement, sous conditions.

- Règlements acceptés : chèques ou espèces

- Politique d'annulation : toute séance non décommandée 48h à l´avance est due

  • Psychotherapie Paris 20

 

1 Cité des Ecoles

Paris 20ème arrondissement

Métro Gambetta (ligne 3)

Bus 26, 61, 64, 68, 69, 86

Horaires : du lundi au vendredi de 9h à 20h

psy-paris-20

Où me trouver ?

MENU EXPRESS

Trouvez moi sur Google Maps en cliquant ici